Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
hautes-alpes-insolites
hautes-alpes-insolites
Publicité
Comme si rien n'avait eu lieu

commeSi (1)-page-001 couv définitive avec marge


D’écorce et d'aiguilles

1ere avec jaquette

 

couv nous autres

La Grande Fête

couv LGF (2)couv LGF (1)

Mon autre blog : Écrins de poésie

95259174

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
Visiteurs
Depuis la création 923 785
6 février 2021

L'armoire aux 8 serrures de Château-Ville-Vieille

Carte-Escartons

 «De tous temps, ces contrées lointaines, montagneuses, reculées, difficiles à dompter sont demeurées quasi indépendantes. Le relief, associé à un climat rude, leur a conféré une grande liberté et leurs habitants, qui sont de ce fait des gens difficilement domptables, épris de justice, habitués à une vie sauvage, persque autarcique, ont toujours rêvé de liberté.» écrit Jean-Paul Fine dans son livre La principauté des libertés ou la République des Escartons, Editions Transhumances, 2015.

Le 20 mai 1343, le dauphin Humbert II octroyait aux communautés briançonnaises une charte de privilèges, la « Grande Charte des Libertés ». Elle leur donnait notamment la faculté de se réunir et de désigner des représentants ainsi que la gestion des canaux, des forêts, le commerce du sel... l'autonomie du territoire des Escartons, entre Piémont et Briançonnais. 675 ans avant que des militants n'y accueillent des migrants. Ces vallées transalpines défendaient déjà une organisation basée sur l'entraide et la solidarité, à l'intérieur de cinq territoires de la région de Briançon, les Escartons de Briançon, du Queyras, d’Oulx, de Val-Cluson et de Château-Dauphin. « Escartonner » signifiait partager, c'est-à-dire répartir les charges et redistribuer l'impôt. En plein Moyen Age, les Escartons vécurent une expérience originale de démocratie, d'autogestion et de coopération transalpine. Et Briançon devint le siège de ce que l'on a (improprement) appelé « la République des Escartons », confirmée par chacun des rois de France et à laquelle mit fin la Révolution Française.

 

IMG_20200723_175542

Aux archives de la ville de Briançon, est conservé l'original de la Grande Charte des Libertés, 

sceaux

 ainsi que les sceaux pendants en cuir qui représentent les armoiries de Briançon et du Dauphiné.

96192066_o

 

Tandis que dans la mairie de Briançon, se cache un fac-similé de la charte derrière les portes d'une armoire qui s'ouvrent pour les visiteurs...

P1540610

À Château-Ville-Vieille, commune du Queyras, bien cachée derrière les portes de la Maison communale, trône l'armoire aux 8 serrures, depuis sa fabrication en 1773 par Joseph Sibille, ébéniste à Saint-Véran.  

P1540532 P1540533

P1540555

 Elle est en pin cembro ornementée de sculptures en relief d’influence italienne.

armoire

Elle mesure 191 x 162 x 59 (selon les unités de mesure de l'Ancien Régime). Nous l'avons mesurée avec Jean-Louis Poncet, maire de Château-Ville-Vieille qui m'a ouvert les portes...

P1540554

... Toutes les portes. Elle contenait les « archives de la vallée de Queiras », registres dans lesquels étaient inscrites les délibérations des consuls. 

P1540558

Lorsque ceux-ci se réunissaient, chaque commune devait être représentée, puisque la réunion de toutes les clés était indispensable pour ouvrir l'armoire !

P1540559

 Des panneaux sculptés avec un décor de rinceaux organisés autour d'une rosace centrale.

P1540560

8 serrures pour 7 communes, Molines, Arvieux, Château-Ville-Vieille, Abriès, Aiguilles, Saint-Véran, Ristolas et une pour le secrétaire général. 

L'ordre de préséance avait été déterminé par l'importance de leur contribution aux charges fiscales collectives. Le nom de chaque commune était inscrit sur la serrure, ici Château-Ville-Vieille, serrure N°3.

P1540561

«L'armoire n'a jamais bougé de cet emplacement depuis sa construction», m'explique Monsieur le maire. Elle a pourtant bien failli être emmenée au Musée Dauphinois à Grenoble qui voulait l'exposer pour 6 mois. Mais la municipalité s'y oppose en 2005, «car il aurait fallu la démonter, donc la dé-cheviller et on n'était pas sûr de la revoir ici !»

IMG_20210127_141735

 

 

À écouter sur France Culture, La Fabrique de l'histoire/ une histoire de micro états : Briançon, capitale des Escartons, 1343-1789

 


 

Publicité
Publicité
Commentaires
O
Bonjour et merci pour les articles au sujet des hautes - alpes et de ses rares curiosites historiques . Interessee par le clos de charance a Gap je ne trouve rien sur son histoire . Faisait - il partie du domaine avec le chateau ? Si oui pour quel usage ? Le lieu est tres fermier : je suppose qu il produisait viandes, cereales et autres produits a destination des occupants du chateau ? Merci de m en dire plus si possible !<br /> <br /> C est cela le probleme du 05 : l histoire n est pas racontee comme dans d autres regions francaises et c est bien dommage ! Les anciens devaient raconter entre eux bien des faits qui sont oublies, faute d erudits pour les consigner je suppose . Ou d instituteurs meme qui auraient pu ecrire ce qu ils savaient ou entendaient . La mentalite tres renfermee de la population, autarcique comme vous dites, fait que rien ne sort vraiment du passe ni n est mis en valeur . Pour s ecrouler ca s ecroule !! Pas de volonte de restaurer, renover, attirer les curieux dont je fais partie insatisfaits . Le clos de charance fait partie de ces lieux dont on ne sait rien . Les haut alpins aiment tout garder en l etat,ne rien echanger ni donner de leur region trop secrete . Du coup on se sent totalement rejete,jamais chez soi, pas invite a explorer la region dans tous ses aspects remontant bien souvent aux temps medievaux . C est aussi ferme, clos ... qu a cette epoque ou le regard ne portait pas plus loin que la porte de chez soi, le chateau pour se proteger des sarrasins et autres brigands violents et les pics des montagnes . Ou faut - il se rendre pour en savoir plus sur la chapelle juste derriere Gap, j ai oublie le nom du lieu-dit, ah ca y est : Treschatel . Pour connaitre Rambaud depuis ses origines, etc ... il y a eu peu de moines copistes dans la region mais a Boscodon je trouverais peut - etre ce que je recherche en dehors de la nature qui n a rien de culturel . Pas ou troo peu de memoire dans ces alpes a part, coupees du monde encore en 2022 et c est triste . La population a surement la peur collective dans son inconscient d etre attaquee par trop de touristes derangeant leurs coutumes ancestrales . Elle ne s adapte pas . Mais c est extremiste quand on sait que les extremes ne sont jamais bons ! Cette region est si immense isolee coupee de tout sauf de ses montagnes que jamais elle ne pourrait etre souillee en se mettant en valeur, en frais, pour avoir meilleure mine ! Assez de ruines, taudis, lieux a l abandon faute de soins ! Vous allez me dire que c est trop paysan pour devenir plus citadin . Certes . Mais des regions rurales francaises sont plus attractives tout en gardant leur identite de base . Meme au fin fond des pyrenees fort enclavees . Il y a un malaise ici qui est de trop : aix est a 150 kms, grenoble pas moins loin en temps de trajet pour etre rejointe, donc il y aura toujours une distance de taille pour preserver le 05 de toute mauvaise influence moderne ! Bruit, pollutions, tout ca est sur de rester loin d ici . Alors ou est la volonte en dehors des stations de ski de rendre plus accessible deja la region , moins morose a force de repli sur soi exagere, de desinteret de ce qui existe au dela de ses frontieres etouffantes ? Absente a tout jamais ? Pas de medecins ni de dentistes c est grave ! Desolee mais ce n est pas civilise au fond ! Qui veut venir s ennuyer ici ? Personne . Sauf les sportifs, les retraites, les sauvages se passant de relations humaines, les ecolos extremistes . Une fois de plus ce terme extremiste dont la region se nourrit en rond . Valserres ! Quel choc ! Il y aurait de quoi faire pour des ferus d histoire . A peine un panneau qui nomme l eglise . Ca fait peur ce desert mineral dans l oubli, encore noye dans le moyenage miserable ... c est un tiers - monde ! Et pas qu a Valserres dans son jus trop vieux pour attirer les gens ouverts . Il est grand temps d aerer le 05 dont la geographie le tient naturellement reclus . Si encore ce siecle etait ermitique . Mais non . Gap est a renover en son centre de fond en comble . Son beffroi ne se visite pas or il a son attrait . Sa base on m a dit s ecroule . Le reste c est pour quand ? Region trop pauvre pour ces travaux ? Non . Les sponsors existent a defaut de genereux donateurs intra muros - la radinerie est a son paroxisme ici helas -et enfin elle sera plus attractive et securisante medicalement . Arrivee en 1973 depuis la riche lorraine j en suis repartie apres le bac . J ai beaucoup bouge sans jamais oublier son ciel inegalable et sa lumiere extraordinaire . Faites des etablissements avec solariums naturels ! Mettez vous au gout du jour pour des touristes heureux qui repartiront ... en voiture car rien d autre pour penetrer la region solitaire ni pour en sortir . Une curiosite bien negative . Tres bien les bus de luxe entre Gap et Aix tgv ou aeroport . Mais 3 heures de trajet sans toilettes quand meme 😨 elles sont fermees ... Merci de votre lecture comprehensive et de votre reponse ! J ai ete directe en esperant ne pas vous heurter 😊
Répondre
Y
Bonjour. <br /> <br /> Je cherchais des renseignements en photo, sur les jeux de dés, ceux pour se partager la tunique du Christ. Et ce sur les croix de mission. Et je croise votre blog. De facture très intéressante.<br /> <br /> <br /> <br /> Une église à Audincourt, Fernand Léger les montre aussi. Un futur billet.<br /> <br /> <br /> <br /> Mais je suis un amoureux des meubles, plutôt anciens.<br /> <br /> Et là, vous me faites découvrir des détails intéressants sur l'armoire aux 8 serrures. La présence des 8 nécessaire pour les votes.<br /> <br /> Des amoureux des hautes alpes, m'avaient nommé un ébéniste qui refait une modèle approchant. Autour de 10 000 €. Je l'ai vu dans un gîte à louer. Mais ce n'est qu'une copie, mais elle doit sentir bon le pin cembro. <br /> <br /> <br /> <br /> À plus, je vais aller acheter un peu de bleu du Queyras, pour parfumer notre omelette :-))<br /> <br /> Yann de Strasbourg.
Répondre
I
Bonjour<br /> <br /> Super intéressant<br /> <br /> Merci de partager
Répondre
A
Vous avez bien fait de ne pas la '"préter" au musée de Grenoble, vous ne l'auriez jamais revue, les musées ont tellement de choses qu'ils ne peuvent pas tout exposer, ils stockent dans les réserves et pourtant, ils ont tendance à garder ce qui n'est pas a eux.<br /> <br /> L'éthique veut aujourd'hui qu' on laisse les choses là où on les a trouvées ce qui est légitime, il n'y pas qu'un musée départemental qui a des droits
Répondre
Y
un ébéniste a réalisé une copie de cette armoire qui était en vente au centre d'artisanat de Chateau Vieille ville, quelqu'un sait il si cette armoire a été vendue ?
Répondre
Publicité