P1200752

Exposition consacrée au Centenaire de la Grande Guerre 14-18 Musée Museum Départemental Gap 

"En 1886, le général Boulanger emploie des vélocipedistes civils au cours de manoeuvres du 18e Corps d'Armée en tant que services de liaison. L'année suivante, les civils sont remplacés par des militaires. En 1894, le Lieutenant Henri Gérard met au point une bicyclette pliante, plus maniable. 

Le 1er octobre 1913, les Groupes de Chasseurs Cyclistes (GCC) sont officiellement créés, au nombre de dix, équipés de la célèbre bicyclette pliante modèle Gérard. A la mobilisation d’août 1914, la composition des groupes de chasseurs cyclistes comprend : 10 officiers dont un médecin, 407 sous-officiers, caporaux et chasseurs, 18 chevaux et 7 voitures. 

Le chasseur cycliste, au début du conflit, est un militaire d’active, sélectionné sur ses aptitudes physiques. Il est équipé du fusil d’infanterie Lebel. Il ne porte ni capote ni  havresac. Tout ceci contribue à en faire un combattant rapide, leste et très mobile.
La bicyclette pliée, conçue par le lieutenant Gérard, pèse 17 kg. Le diamètre des roues est de 65 cm, le pédalier principal est muni de 23 dents, celui arrière de 9 dents ce qui permet un développement de 5,5 m. Sa hauteur est de 0,75 m et sa longueur 1,5 m. Cette hauteur, adaptable, permet au chasseur cycliste, en cas de mauvaise surprise, de poser les pieds au sol et de faire feu sans descendre de machine.
A partir de 1915, les réservistes de la cavalerie remplacent progressivement une partie des chasseurs cyclistes qui rejoignent un Bataillon de chasseurs à pied en renfort. En juin 1916, l'effectif des GCC est réduit de moitié. En 1918, l’effectif est reporté cette fois ci à son maximum. C’est alors le retour des GCC au premier plan." (Source : Les chasseurs cyclistes de la grande guerre)

*

On peine à imaginer nos cyclistes dans la boue, la neige, les barbelés, les champs de bataille remués et criblés de cratères d'obus. On se les représente difficilement, pédalant avec un Lebel sur le dos sous les pluies de balles, de schrapnels, de grenades, sous la mitraille. Les missions de ce groupe de cyclistes rapides, lestes et très mobiles, se résument pourtant en quelques verbes : préceder, assurer, surprendre, protéger, soutenir, empêcher de percer, agir sur l'armée adverse, retarder, couvrir, occuper, accrocher, écarter... 

Et pourtant, non, le VTT n'a pas encore été inventé !

Mais l'imagination féroce des généraux est sans limite...

*

A propos, savez-vous quelle est la différence entre un vélo et une bicyclette ? 

"Une silhouette profilée mauve fluo dévale à soixante-dix à l'heure : c'est du vélo. Deux lycéennes côte à côte traversent un pont à Bruges : c'est de la bicyclette."  Philippe Delerm - La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules - Gallimard, 1997.