P1050160

Embrun, ville de 6140 habitants s'étire sur son roc à une altitude moyenne de 860 mètres, au coeur de la vallée de la Durance (voir carte des Hautes-Alpes). L'histoire de la ville commence avec ses premiers habitants celtes, dans le territoire des Alpes Cotiennes, puis au IVe siècle où elle devient évêché avec Saint Marcellin comme premier évêque. Archevêché au IXe siècle, Embrun est un lieu de pèlerinage pendant 300 ans et connait les destructions des guerres de religion au XVIe siècle puis au XVIIe siècle la ville est épargnée, alors que ses remparts sont détruits, quand la région est mise à feu et à sang au cours de la guerre de la Ligue d'Augsbourg. Elle sera fortifiée selon les plans de Sébastien Le Prestre de Vauban, comme Briançon et Mont-Dauphin. Après la Révolution Française, le siège archiépiscopal est supprimé. Depuis la construction du barrage de Serre-Ponçon, Embrun vit au rythme des saisons touristiques : baignades au plan d'eau, randonnées, sports d'eau vive, ski dans les stations des Orres et de Crévoux.

Reduit1

La Maison des Chanonges, l'ancien couvent des Cordeliers, qui abrite l'office de tourisme, la Tour brune et la cathédrale Notre Dame du Réal (fin XIIe début XIIIe siècles) sont des lieux et monuments que nous irons visiter prochainement sur ce blog...

Aujourd'hui, flânons simplement dans le centre ancien, à la découverte de plusieurs fontaines insolites...

Les 3 fontaines "aux masques"

P1200365

La première et la plus grande se trouve sur la grande Place E. Barthelon, sous un kiosque, juste derrière le camion blanc.

P1200367

Avec son beau bassin de pierre rose en forme d'étoile, elle repose sur un pavage lui aussi étoilé...

P1200368

P1200370

Des masques font office de mascarons.

P1200369

P1200352

La deuxième est sur la petite Place Dongois, son bassin est octogonal,

P1200353

P1200355

L'eau (potable) s'écoule par des mascarons en forme de masques.

P1200411

la troisième est sur la Place Font-Guers 

P1200412

Un bassin circulaire

P1200413

Là aussi des masques et des blasons

P1200416

une grappe de raisin

24-11-2012 029

des dauphins pour le blason du Dauphiné

24-11-2012 030

la croix du blason de la ville d'Embrun : D'azur à la croix d'argent. Couronne murale d’or à trois tours crénelées. Tenants:Dauphins d’azur, crêtés, barbés, lorés, peautrés et oreillés de gueules

P1200364

On retrouve ce blason sur, entre autres, la porte de l'Hôtel de Ville.

 

 

 

 

24-11-2012 031

24-11-2012 032

*

Une fontaine mémoriale des soldats morts en 1870-1871, sur la Place de la Mazelière.

P1200287

Après un conflit qui dura du 18 juillet 1870 au 28 janvier 1871, le Traité de Francfort  du 10 mai 1871, clôtura la guerre franco-prussienne de 1870. Il stipule, dans son article 16, que les deux États signataires s'engagent, sur leur territoire respectif, à entretenir les tombes de soldats morts pendant le conflit.

P1200288

Les soldats ne portant pas encore de plaque d'identification, étaient, le plus souvent, ensevelis anonymement dans des tombes collectives. Du côté français le nombre de militaires tués est estimées entre 105 000 et 140 000. 

L'édification de monuments commémoratifs a été, pour une part, l’œuvre du Souvenir Français et celle des sections de vétérans. C'est à partir de la loi de 1890, laissant aux communes, l'initiative de leur érection, que l'on voit se multiplier les monuments aux morts de la Guerre de 1870-1871, soit sur les emplacements de batailles, soit sur les places publiques, soit dans les cimetières communaux des villes et des villages.

Ils témoignent également de la diffusion dans l'opinion de l'idéologie nationaliste, du culte du souvenir des morts au combat et du désir de revanche sur l'Allemagne à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

P1200410

Contrairement aux monuments de la première guerre mondiale produits le plus souvent en série, à une époque postérieure, ce sont, dans leur grande majorité, des œuvres uniques. Leur intérêt architectural et artistique réside dans leur grande diversité, réalisés par des artistes affirmés, à l'âge d'or de la sculpture de la fin du XIXe siècle. Simples stèles, ils ont des formes variées : colonne, colonne tronquée, obélisque, obélisque tronqué, pyramide etc. accompagné ou non de statues avec inscription d'une dédicace et éventuellement du nom des victimes. (Wikipedia)

La petite fontaine d'Embrun est exceptionnelle.

P1200438

Au cours d'autres insolites promenades, nous irons à la découverte de trésors, des détails qu'un oeil exercé découvre, pourvu que le pas soit lent, le nez en l'air ou au ras du sol, l'attention aiguisée...