P1040657

Dans la place forte de Mont-Dauphin : reconstitution d'une chambrée.

Les soldats dormaient, cuisinaient et mangeaient dans leur chambrée. Chaque chambrée avait 4 lits superposés, soit 8 paillasses pour 12 soldats, les 4 autres étant de garde, de patrouille ou de corvée. Chaque soldat recevait un traversin, deux paires de draps de toile et une couverture de laine.

Une cheminée servait pour le chauffage et la cuisine, car jusqu'au XIXe siècle, il n'y avait pas de cuisine et de réfectoire communs. Les latrines et le lavoir étaient dehors et les combles servaient de grenier. On y entreposait une partie de la nourriture des soldats, par exemple le grain. Les menus militaires étaient à base de fèves, orge, lentilles, lard, viande, fromage, huile, ail, oignons, sans oublier vin, tabac et eau-de-vie.

Vauban règle dans le détail l'aménagement de la chambrée, les exercices, la quantité et la qualité de la nourriture. Il invente sa fameuse "soupe au bled" : froment, lard, oignons, ciboule.

Chaque chambrée doit avoir un "chaudron ou marmite de cuivre avec son couvercle à queue fermé en plat, chacun une cuillère de bois, un couteau, une serpe ou deux ou une petite hache pour la chambrée."

P1040605