05_hautes_alpes_aspres

Aspres-sur-Buëch est une commune de 838 habitants, du Pays du Buëch, du nom de l'affluent de la Durance qui prend sa source dans le Dévoluy.

P1010373a

Détail d'une fresque sur le pignon d'une maison d'Aspres.

ch1_15112013_152012_GB8

Photo : Office de Tourisme Serres

Ce "village escargot" s'enroule autour d'une butte surmontée d'une tour carrée à campanile, à un peu plus de 800 mètres d'altitude.

P1010376

Sur la butte, cette tour de l'horloge est également le Monument aux Morts de la commune.

P1010456

Emprunter la Rue du Vieux Cimetière

P1010328

C'est en effet à l'emplacement du vieux cimetière qui a servi jusqu'en 1844, que ce Monument aux Morts fut édifié en 1921.

P1010331

P1010329

L'HEURE SONNE ET PASSE 

SEMBLANT REVENIR

POUR QUE RIEN N'EFFACE

VOTRE SOUVENIR

Cette devise inscrite au-dessus de la plaque commémorative, réunit joliment le temps qui passe et le souvenir et illustre la  particularité de ce Monument aux Morts qui abrite une horloge...

P1010327

Les cadrans extérieurs sont en émail sur cuivre rouge. Ils ont un diamètre total de 1 mètre, sont dotés d'aiguilles en acier galbées, équilibrées et vernies. L'horloge mécanique d'origine était placée sur un chevalet en bois de sapin. Il fallait environ 20 minutes pour remonter les poids, un système électrique la remplace aujourd'hui.

P1010377a

Un campanile en fer forgé, de type provençal, abrite une cloche de 100 kg avec armature de marteau. La sirène communale a trouvé sa place sous la cloche, qu'elle remplace aujourd'hui pour alerter la population. En France, l'alerte aux populations se fait via le Réseau National d'Alerte (RNA), hérité de la Défense passive de la seconde guerre mondiale. Les signaux actuels sont définis par l'arrêté du 23 mars 2007. En cas de danger, ce signal (qui ne doit pas être confondu avec le signal d'essai d'une minute seulement, diffusé à midi le premier mercredi de chaque mois) consiste en trois cycles successifs d'une durée de 1 minute et 41 secondes chacun et séparés par un intervalle de 5 secondes et d'un son modulé en fréquence. (Wikipedia) 

Aujourd'hui les cloches ne sonnent plus l'alerte, qui était symbolisée par le tocsin : coups pressés et redoublés sur une cloche, au rythme de 90 à 120 coups par minute à l’aide du battant tiré par une corde ou d’un marteau. C'est pourquoi les communes ont eu quelque difficulté à sonner le tocsin le 1er août 2014 pour commémorer le Centenaire de la Mobilisation de 1914...

http://www.secourisme.net/spip.php?article167

structure_18817_3

Le mécanisme d'horlogerie est exposé à la Maison du Patrimoine, qui était fermée ce jour-là (alors que l'ouverture était mentionnée sur le site). Cette photo est donc celle du site :

http://www.buech.com/fiche-detail-la-tour-horloge-aspres-buech_397436.html

Il s'agit d'une horloge "Louis Delphin ODOBEY Cadet" début XXe siècle. Cette horloge indique les heures et les minutes sur un petit cadran en émail servant d'indicateur pour la remise à l'heure. Mouvement 8 jours avec une particularité : le remontoir d'égalité ou échappement à force constante. On le devine derrière la platine avant. Précisions de Daniel Fonlupt, spécialiste des horloges d'édifice mécaniques, qui nous offre aussi les documents qui suivent. 

L_D_Odobey_Cadet

LD_Odobey_Cadet_2


Sur ces pages du catalogue de 1910, on peut voir la même horloge Louis Delphin Odobey, ainsi que la page du remontoir à force constante. Grâce à ce dispositif, l'horloge conserve une précision optimale, même pendant le court instant du remontage du poids, instant ou la force est absente, mais aussi, quand les aiguilles du cadran sont exposées aux vents violents, les coups de vent ayant pour effet de créer une résistance au mouvement, alors l'horloge s'arrête ou retarde. "Ce mécanisme donne donc aux horloges une grande précision et une grande sûreté de marche, elles ne varient pas d'une minute par mois. Ce mécanisme est nécessaire quand l'horloge conduit 4 cadrans extérieurs de 1 m et plus de diamètre ou quand elle conduit un seul cadran de 2 à 3 m de diamètre".

Son prix : 145 Francs et les levées de l'ancre garnie en pierre : 20 Francs. (en 1910)

 P1010335 

Cette tour fait partie du Patrimoine Militaire des Hautes-Alpes.

P1010339 P1010341

 

P1010490

La Maison du Patrimoine est un musée de village. Elle organise la conservation et la mise en valeur d'objets du patrimoine cantonal. Exposition permanente d'objets du XXe siècle, vie rurale, artisanat et premiers objets manufacturés. Reconstitution d'une classe d'école. Présentation du 1er mécanisme de l'horloge de la tour. 

A suivre : Une balade insolite et poétique dans les rues d'Aspres...

P1010333