DSC00075__1_

Toujours aussi malicieuses, les morilles se dérobent au regard et réservent parfois des surprises aux passionnés qui continuent de sillonner les forêts des Hautes-Alpes...

DSC00067__1_

Attention à la vipère aspic qu'il vaut mieux éviter de déranger, surtout quand elle change de robe !

DSC00073__1_

C'est une dangereuse chasse au trésor, que l'on soit gourmet ou photographe (ou les deux).

Merci à Charles 05100 pour ces photos exceptionnelles, prises au péril de sa vie... 

Mais d'autres dangers vous attendent ! Tout d'abord la morchella (c'est le nom latin de la morille) contient des substances toxiques qui sont thermolabiles, c'est à dire qui disparaissent à la cuisson. Donc, toujours cuire ou faire sécher les morilles avant de les consommer... 

290px_Fr_hjahrslorchel

Ensuite elles peuvent être confondues avec les gyromitres (photo ci-dessus, wikipedia), qui bien que consommées peuvent parfois s'avérer mortelles ... à vous de voir...

Cependant, le gyromitre se distingue assez aisément de la morille au chapeau en "nid-d'abeilles" par ses circonvolutions cérébriformes. 

Quelques conseils pour finir :

  1. N’en donnez jamais à un enfant.
  2. Faites les cuire longuement ou consommez les après dessiccation.
  3. Ne consommez jamais l’eau de cuisson.

Lors de vos cueillettes, faites attention à ne pas trop piétiner les « spots » de récoltes car en écrasant les jeunes individus vous pouvez  entraîner  la régression du nombre de morilles d’année en année.
Si vous tombez sur un beau gisement, pensez à en laisser quelques unes matures et bien cachées pour assurer la pérennité de l’espèce et vos prochaines récoltes !
(source : http://www.mycologique.com/2012/ou-et-quand-trouver-des-morilles/)