P1050447

C'est une danse.

Pratiquée en Allemagne et en Italie, elle est unique en France.

C'est un mystère qui restera probablement pour toujours enfoui dans les arcanes du Temps : le Bacchu-Ber. 

9 hommes habillés de blanc, portant ceinture rouge, dansent avec des épées, pendant que des femmes en costume traditionnel chantent une étrange mélopée...

Une danse qu'on offre chaque année le 16 août, pour la Saint-Roch, fête de Pont-de-Cervières, quartier de Briançon.

P1050459 P1050460

P1050470 P1050473

P1050465 P1050463

Ils dansent une ronde à petits pas frappés et glissés ; ils tiennent l'épée d'un autre par la pointe et la leur par la garde et effectuent des figures géométriques. Levant les épées, passant les uns en dessous des autres, ils dessinent diverses formes géométriques telles trois triangles, un rectangle et une étoile, deux rectangles, une étoile et un triangle, etc.

P1050448 

Dans la figure finale appelée la lève, les danseurs forment un cercle autour d'un des leurs et entrecroisent leurs épées sur son cou. Ils s'agenouillent et se relèvent plusieurs fois.

 

P1050450

P1050451 P1050452

La danse est accompagnée par un chant appelé la dratanla, complainte répétitive et étrange, chantée par des femmes en costume traditionnel assises sur un banc. 

Monotone et langoureuse la chanson dit ceci :

La dratanla, la dratanla, la dra, la la la… La dratanla, la dra, la dratanla… La dratanla, la dra, la dratanla…

Et dralala, la dratanla, la dra, la dratanla, la dradlata, la dra, la dratanla, la dra… La dratanla, la dratanla, la dratanla, la dra, la la la … et ainsi de suite...

P1050443

 

La danse dure vingt minutes et se pratique deux fois dans la journée, sur une estrade en bois. La première fois devant l'église et la deuxième fois sur la place Jean Jaurès, qu'on rejoint par la Rue du Bacchu Ber.

 

 

 

(source : wikipedia)

 P1050467

 La première trace écrite date de 1730, mais les auteurs parlent d'origines gauloises, celtes ou romaines sans pouvoir affirmer une seule hypothèse. Le mystère est entier, et on peut penser que le secret restera dans la mémoire enfouie des hommes et des femmes, sous la forme d'une énigme indéchiffrable, d'une tradition inaliénable venue du fond des temps par transmission orale...