Source : Thèse du Docteur Marcel Lesbros (1921-2007), médecin et Sénateur des Hautes-Alpes, Maire de Châteauvieux et de La Saulce (05).

 

P1020728

Les eaux du Plan-de-Phazy se trouvent à 900m d'altitude, un peu en aval du confluent de la Durance et du Guil, près de Guillestre. Le nom de Phazy, diminutif de Boniface, daterait du XVIIIe siècle, et serait le nom du  premier exploitant de la source. Deux sources apparaissent à la lisière de la plaine de Barbein (qui signifie : je bous), la source de la Rotonde et la source de la Vigne, alors que sur la rive droite de la Durance jaillit la source de la Fontaine Pétrifiante.

Historique

P1020735

La découverte et l'utilisation des sources du Plan-de-Phazy remontent au séjour des romains en Gaule, qui avec leur grande culture thermale et leurs "dieux des sources" avaient reconnu les valeurs curatives de ces sources sacrées. la source est d'ailleurs située sur la voie Domitienne qui longe la Durance.

Le Moyen-Âge vit éclore, à quelques kilomètres des sources du Plan-de-Phazy, 3 hôpitaux. Depuis le XIIe siècle, au bas du rocher où se dresse Mont-Dauphin, un petit hôpital, au prieuré de Notre-Dame de la Chalp, fut supprimé en 1693. Il fut annexé à l'hôpital de Mont-Dauphin, créé pour l'usage de la garnison. Dès 1306, enfin, un hôpital était établi à Saint-Clément, village au sud de Guillestre.

 

 

P1020731

 

 

 

 

Le XVIIIe siècle, avec Buffon et Rousseau, met les stations thermales en vogue. On constate que les eaux triomphent des affections les plus rebelles.

En 1806, le Docteur Farnaud présente la première analyse des eaux du Plan-de-Phazy et les premières observations cliniques dans son mémoire "Les eaux minérales et thermales du Plan-de-Phazy".

Il sollicite déjà des "sages dépositaires de l'autorité" la construction d'un établissement thermal où seraient traitées, sous surveillance médicale, les différentes maladies de la région.

 

P1020706

C'est en 1824 que fut construit, pour 11400 francs, au frais du Département, à l'endroit même de l'émergence des sources, un établissement thermal sommaire, connu sous le nom de "Rotonde". Plus de 400 curistes se rendent annuellement aux Eaux, et on y envoie en traitement les militaires des fortes garnisons de Mont-Dauphin et Briançon. La source émerge alors avec un débit de 70L/mn. Mais l'établissement ne fait pas l'objet d'une exploitation suivie, et des disputes s'engagent sur la propriété du site entre les communes de Guillestre, Risoul et Ceillac. La source est depuis cette époque la propriété indivise des communes de Risoul et de Guillestre.

fronton

"En 1824 --- Sous les règnes de Charles X et de Louis XVIII --- Comte de Corbières, Ministre de l'Intérieur, Baron Asselin, Préfet des Hautes-Alpes, Serres, Sous-Préfet d'Embrun"

Propriétés de l'eau

P1020715

En 1935, un séisme ébranle la Rotonde, et la source, déplacée de plusieurs mètres est retrouvée à l'extérieur du bâtiment. Elle jaillit aujourd'hui d'un rocher en marbre rose de Guillestre érigé devant la Rotonde, et s'écoule dans 4 bassins construits dans les années 1980.

L'émergence des sources du Plan de Phazy se localise sur la faille de la Durance, où plusieurs nappes géologiques se chevauchent. L'eau, en circulant dans cette faille injectée de gypse, à plus de 1000m de profondeur, se minéralise et se réchauffe. Elle se charge aussi en chlore, en sodium, en gaz carbonique, en radium et caesium.

 Sa composition unique de silice, d’oxyde de fer, chlorures, sulfates, calcium et magnésium lui donne des vertus thérapeutiques reconnues depuis le début du XVIIe siècle. 

 Orientation clinique de la cure

P1020716

 Les eaux sont recommandées pour l'usage interne et externe

Dans sa thèse de 1947, Marcel lesbros fait également l'historique de l'orientation clinique de la cure, de ses indications et contre-indications. Avec des passages pour le moins truculents...

De l'Antiquité au XVIIe siècle, les eaux étaient utilisées contre toutes les maladies, sans aucune distinction ! On connaît tous, encore aujourd'hui, les fameuses tisanes ou liqueurs des anciens qui guérissent de TOUT...

Au XVIIIe siècle, la lettre préfectorale du 25 Brumaire de l'An I affirme que les eaux sont employées avec succès "dans toutes les obstructions et principalement pour celles qui sont la suite des pâles couleurs et de la suppression du flux menstruel, qu'elles diminuent infiniment les tumeurs scrofuleuses, qu'elles donnent du ton à l'estomac, qu'elles font merveille et que leurs bains sont bons dans les maladies de la peau".

Dans le mémoire du docteur Farnaud, les eaux sont vues comme "apéritives, fondantes, désobstruantes, urinaires et purgatives". Ces eaux sont donc utiles à ceux dont la fibre organique surchargée d'une matière inerte, gluante et tendant pour ainsi dire à la concrétion, a besoin d'un stimulant léger pour la faire réagir sur la matière qui l'opprime.

 

P1020726

 Mais une maladie, surtout, qui leur résiste rarement, c'est la chlorose ou pâles couleurs des jeunes filles. Certains rhumatisants trouvent également leur soulagement ou leur guérison dans l'emploi des eaux prises en bains ou intérieurement.

Les doses employées intérieurement et à jeun étaient de six et de huit verrées par matinée, en ayant soin, pour ceux qui voulaient se purger, de faire dissoudre, une once de sel d'Epson dans la première et deuxième verrée.

Toujours selon le docteur Farnaud, l'attention était attirée sur les contre-indications formelles de la cure : Phtysie pulmonaire et affections fébriles. Il s'élevait contre ces gens "qui ne se sont pas fait un scrupule d'en boire jusqu'à 18 ou 20 bouteilles par jour".

De 1928 à 1935, la station s'oriente vers le traitement de maladies de la peau comme l'eczéma allergique, le prurigo, etc...Les enfants lymphatiques et scrofuleux y trouvent une place de choix. "Il est possible de remettre dans le droit chemin de la santé physiologique de jeunes êtres menacés dans leur vitalité par les erreurs ancestrales ou les défectuosités de l'hygiène infantile" précise le professeur Delore. On peut trouver des observations de malades guéris de "dartres invétérées et de vieux ulcères sagneux". Déjà les anciens auteurs avaient signalé l'action cicatrisante des eaux : les romains y baignaient leurs blessés, et beaucoup de militaires de l'armée d'Italie venaient y traiter leurs séquelles de guerre !

Le docteur Lesbros détaille les indications de la cure : Diathèse neuro-arthritique, affections hépatiques, dermatoses, affections rénales, affections respiratoires, indications pédiatriques et gynécologiques.

Depuis, les tentatives d'exploitation de la source thermale n'ont pas abouti, se heurtant à des querelles de propriétaires...

Il y a peu, un laboratoire parisien a souhaité utiliser les eaux dans la composition de produits  para-pharmaceutiques. Sans suite à ce jour.

L'eau de la source n'étant pas contrôlée, il faut se méfier des infections, dues notamment aux amibes et legionella...

Ecologie

 

 P1020724

En s'écoulant sur le plateau qui domine la route, l'eau de la source sculpte un véritable pré salé, aux couleurs ocres, soulignées de dépôts blanchâtres. Cette zone, classée Natura 2000, est exceptionnelle hors d'un milieu marin et à cette altitude. Faune et flore caractéristiques associées comprennent entre autres, plantain maritime, carex à épis distants, spergulaire marginée, puccinelle à épis distants pour la flore, agions de mercure et sympetrum à nervures rouges pour la faune.

P1020721

 Pour l'heure, cet endroit idyllique et de libre accès, où on peut se baigner dans une eau chaude et bienfaisante....

Ça ne peut pas faire de mal !

IMG_20140818_00052

Et après le bain, Nath vous accueille dans sa "Kitchinette", avec ses frites, sa bière et son charme tout à fait belges...

***

Mais ça, c'était avant... Nath est retournée à Bruxelles avec ses délicieuses bières et ses frites, ses petits bonbons et son café, son sourire et sa bonne humeur. On peut encore se baigner gratuitement, mais pas pour longtemps... les travaux vont commencer pour transformer ce lieu privilégié en un banal centre thermo-aqutico-ludico-payant !  Eaux traitées... Hamam, piscine etc. 

Que vont devenir la faune et la flore typiques des prés salés ? Unique dans les Alpes ? 

Et ce lieu offert ? Il sera immolé sur l'autel du fric.